Des produits locaux aux vertus de super-aliments?

Les super-aliments sont des produits à la croisée entre aliment et complément alimentaire, mis en avant à grand renfort de marketing pour leur richesse en micronutriments : antioxydants, vitamines, minéraux, protéines notamment. Parmi les plus consommés chez nous on va trouver la baie de Goji, la baie d’açaï, les graines de chia, la spiruline, le quinoa, le chou kale,… Pourtant, consommer des super-aliments n’a pas que de bons côtés et souvent leur côté ‘exotique’ nous fait oublier qu’il existe des plantes locales tout aussi intéressantes, si  ce n’est plus. Vous ne me croyez pas ? Lisez la suite !

Les super-aliments : pas si bons que ça?

Si ces super-aliments venus d’ailleurs attirent par leur exotisme et leurs atouts santé, en revanche ils présentent quand même quelques inconvénients majeurs selon moi.

Le premier inconvénient est leur prix élevé qui empêche souvent d’en consommer de grandes quantités. C’est pour cela que je les classe plutôt dans la catégorie des compléments alimentaires que dans les aliments (par exemple, difficile de remplacer un steak par l’équivalent en spiruline…outre l’aspect gustatif, vous allez y laisser vos économies du mois !).

Le deuxième inconvénient est qu’ils viennent souvent de l’autre bout du monde (Chine, Amérique Latine,…). Du point de vue environnemental, ce n’est donc pas joli-joli et du point de vue de la qualité non plus. Si vous pensiez bien faire en les achetant bio, sachez que les normes européennes sont bien plus strictes que les normes bio au Chili ou en Chine et les contrôles bien plus nombreux chez nous. Ainsi, la spiruline bio Chinoise est généralement plus riche en polluants qu’un équivalent non bio cultivé en France….

Mais rassurez-vous, il n’y a pas besoin de traverser les océans pour trouver des trésors nutritionnels…

Baie de Goji VS myrtille et cassis

La baie de Goji est surnommée « baie du sourire » par les Tibétains. Elle est réputée pour apporter longévité et énergie à celui qui la consomme régulièrement, notamment grâce à sa richesse en vitamine C et bêtacarotène. Elle nous vient principalement de Chine et se trouve souvent « séchée ».

super-fruits-myrtilles-framboises

La baie de goji apparait comme un des super-fruits les plus chargé de bénéfices. Le problème, c’est qu’une fois séchée et transportée dans nos contrées, son pouvoir antioxydant et sa richesse en vitamine C ont bien diminué. De ce fait, vous aurez tout intérêt à la remplacer par des myrtilles, idéalement sauvages (fraîches en saison sinon congelées). La mûre est également très intéressante surtout si elle est directement cueillie à l’état sauvage où elle contient même davantage d’antioxydants que la baie de goji.

Pour ce qui est de la teneur en vitamine C, le cassis frais (spécialité de la région de Dijon, rappelons-le) sera, de loin, le champion toutes catégories !

Graines de chia et alternatives ’Made in France’

chiaLes graines de chia nous viennent du Sud du Mexique. Elles  affichent une forte teneur en nutriments : acides gras essentiels et polyinsaturés de type omega-3, protéines, fibres, calcium…Elles n’en restent pas moins chères et leur empreinte carbone n’est pas négligeable.

Pour profiter des mêmes bienfaits en mangeant local, on se rabat sur d’autres graines bien de chez nous, comme les graines de lin ou celles de chanvre. Ces graines seront également très riches en omega-3 et en minéraux et pourront être incorporées dans des petits déjeuners, dans des salades (attention, les graines de lin se consomment moulues ou alors se font gonfler dans un liquide), et encore de nombreuses autres préparations.

Il est quand même intéressant de noter, pour les afficionados des graines de chia, qu’il existe depuis peu une filière Chia de France ! Cela devrait permettre d’avoir du chia avec une meilleure traçabilité et moins d’émission de gaz à effet de serre, un bon point, non ?

Le quinoa : une pseudo-céréale dotée de super-pouvoirs ?

Le quinoa  était l’aliment de base chez les Aztèques. Il est désormais cultivé en Amérique Latine , la Bolivie et le Pérou étant les principaux producteurs.

Le quinoa fait partie des aliments ayant le vent en poupe depuis une vingtaine d’année, d’abord aux Etats-Unis puis chez nous. Pourquoi cet engouement ? Tout d’abord, le quinoa n’est pas une céréale mais une pseudo-céréale. Il appartient à la même famille que l’épinard ou la betterave. De ce fait, il ne contient pas de gluten, ce qui en fait une bonne alternative pour les personnes allergiques ou intolérantes. Le quinoa est également réputé pour sa richesse en protéines (14g/100g de quinoa cru), plus importante que dans le riz ou le blé.  Il contient enfin un peu de fer (4g/100g).

quinoaA priori, le quinoa a tout pour plaire. Quel est le problème me direz-vous ?  Le problème vient justement de ce fort engouement et de la demande croissante au niveau mondial qui déstabilise l’économie locale et à des conséquences au niveau environnemental. L’autre point négatif, pour nous consommateur, vient de la mauvaise traçabilité au niveau approvisionnement. Ainsi,  il n’est pas rare que du quinoa issu d’une agriculture intensive et non bio soit mélangé à du quinoa de meilleure qualité et bio…

Quelles solutions adopter pour être sûr de faire du bien à sa santé, sans pour autant que cela pénalise l’environnement ou l’économie des peuples d’Amérique Latine ?

La première solution est de consommer du quinoa français ! On le cultive en effet depuis une dizaine d’années en Anjou et, même s’il n’est pas disponible en bio (ou rarement), sa qualité reste généralement bonne.

L’autre solution consiste à diversifier son alimentation et à essayer d’autres pseudo-céréales. Le sarrasin, par exemple, est cultivé chez nous. On l’appelle souvent « blé noir » en Bretagne ou il sert à confectionner les galettes mais n’a aucun lien de parenté avec le blé et ne contient pas de gluten. Il est presque aussi riche que le quinoa en protéines et minéraux et peut se cuisiner à l’eau ou façon risotto.

Un super-aliment bien de chez-nous: le brocoli 

brocoliCe légume de la famille des crucifères (les choux) cache bien son jeu. Le brocoli est en effet un des légumes stars de l’alimentation anti-cancer, grâce à sa richesse en antioxydants. C’est également un grand ami de notre foie, grâce à sa teneur en sulforaphane, un composé soufré qui intervient dans le processus naturel de détoxification du foie.

Pour profiter de tous ces atouts ainsi que de sa richesse en vitamine C, mieux vaut consommer le brocoli le plus frais possible, idéalement bio et surtout cru voire très peu cuit….Oui, vous lisez bien : cru ou très peu cuit, car la chaleur détruit la vitamine C ainsi que le sulforaphane. Pour une préparation crue, vous pouvez le découper en petites fleurettes et le diper à l’apéritif dans une sauce au fromage blanc et curry ou bien le râper et le saupoudrer sur une salade ou encore le préparer façon taboulé. Cela surprendra vos convives à coup sûr, en plus de les régaler !

Cet article vous a donné envie de consommer des super-aliments plus souvent ? Mais vous ne savez pas comment les cuisiner ? Ou avec quel autre produit les associer ?

On a la solution… Avec les paniers repas Recettes et Cabas, recevez une grande variété d’ingrédients dont du quinoa, du sarrasin, cultivés bien évidemment en France, ainsi que des recettes délicieuses et faciles… souvent bluffantes pour les cuisiner !  Retrouvez ci-dessous une de nos gourmandes recettes du cabas ToutBio.

Cuisinons avec les super-aliments: Taboulé de quinoa, légumes de printemps & mangue 

salade-quinoa-mangueDans le cabas : 120g de quinoa ; 200g de haricots verts ; 250g de petits pois ; 1 mangue ; 2 oignons nouveaux ; 150g de feta ; 3 brins de menthe* ; 2 citrons verts ; 1 botte de radis.

Dans le placard : Huile d’olive ;  2cs de sauce soja ; sel ; poivre.

Recette à faire à l’avance si possible pour réserver au frais. Cette recette est aussi sans gluten !

  1. Cuisez le quinoa 12 à 15 min. à feu doux dans 2 fois son volume d’eau salée. Ôtez du feu et laissez gonfler 5 min.
  2. Faites bouillir une grande casserole d’eau salée. Équeutez les haricots. Écossez les petits pois. Faites cuire ces légumes 10 min. dans l’eau bouillante.
  3. Pendant de temps, épluchez la mangue et coupez la chair en petits dés. Effeuillez et ciselez la menthe*. Émincez les oignons avec un peu du vert de la tige. Coupez la feta en petits cubes.
  4. Égouttez les légumes puis rafraîchissez-les sous l’eau froide. Détaillez les haricots en petits tronçons.
  5. Pressez les citrons verts dans un bol, mélangez avec 2cs de sauce soja et 4cs d’huile d’olive, salez modérément, poivrez.
  6. Mettez les légumes dans un saladier avec le quinoa cuit, la mangue, les oignons, la feta et la menthe. Ajoutez la sauce et mélangez délicatement. (Si possible, réservez 30 min.-1h au frais avant de déguster).
  7. Préparez les radis puis dégustez-les suivis de la salade bien fraîche !

 

Et vous, vous consommez des super-aliments ? Vous portez attention à leur provenance ? Dites-nous tout et laissez-nous un commentaire 🙂

Et si vous voulez profiter en toute simplicité de produits locaux et de saison, commandez votre panier Recettes& Cabas sans plus attendre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *