Nos conseils AYURVEDIQUES pour rester en bonne santé toute la vie

L’ayurveda en quelques mots…

Aujourd’hui nous abordons un thème qui m’intéresse tout particulièrement depuis quelque temps déjà. La médecine et les pratiques Ayurvédiques ! Mes filles m’ont d’ailleurs offert à Noël un ouvrage très complet sur le sujet. Il est un peu la bible pour les novices de cette pratique qui veulent en savoir plus: « le grand guide de L’Ayrurvéda » de Kiran Vyas aux éditions Marabout. Passionnant et très complet, il explique les fondements de cette pratique. Il donne même des recettes et des conseils bien être pour mettre en pratique au quotidien cette science de la vie.

Très vaste sujet donc, qui connait un engouement de plus en plus soutenu. Et dont les connaissances et l’intérêt dans nos pays occidentaux ne font que commencer.

J’ai écrit cet article en partenariat avec FemininBio* qui a créé une série passionnante : Ayurvéda, le B-A BA qui m’a inspirée.

Il faudrait donc plusieurs articles pour passer en revue ne serait-ce que la synthèse de cette science indienne millénaire, mais je vais essayer pour cette fois de vous résumer les principes de base de cette pratique et les applications que l’on peut y retrouver sur le plan diététique. Cette médecine indienne préconise de consommer des ingrédients très peu transformés voir à l’état brut, mais également des produits de saison et locaux. Jusqu’ici, nous sommes entièrement en phase avec nos valeurs chez Recettes et Cabas. . . Il est donc logique qu’en tant que médecine naturelle, l’Ayurvéda donne à l’alimentation une importance primordiale sur notre état de santé.

Les différentes saveurs

Pour l’Ayurvéda, six groupes de saveurs existent. Elles doivent faire partie de notre alimentation : aigre, épicé, sucré, salé, amer et astringent. Selon votre constitution, qu’on appelle « Dosha » en médecine Ayurvédique, des recommandations de saveurs à préconiser sont faites. Ces indications vous permettront d’équilibrer votre Dosha qui influence votre santé physique et psychologique.

« Prévenir plutôt que guérir »

L’Ayurveda est donc une science millénaire indienne qui est basée sur une médecine préventive. « Ayurvéda » signifie en sanskrit « Science de la vie ». L’Ayurvéda puise donc ses racines dans la culture de l’Inde ancienne et les Védas, qui sont les quatre livres de la sagesse et de la religion « brahmaniques ». Son principe est que chaque être humain peut trouver l’équilibre et l’harmonie. Mais sans avoir forcement recours à des traitements médicaux ou médicamenteux que l’on connait dans la médecine moderne. « La pharmacopée » ayurvédique, c’est-à-dire les moyens mis à disposition pour soigner, est immense et illimitée.

Des techniques infinies

Elle fait d’ailleurs l’objet de nombreuses recherches et d’un grand nombre de publications scientifiques. Cette pratique inclut différentes approches, connaissances et croyances en matière de santé. Elle utilise des remèdes à base de plantes, d’animaux et/ou de minéraux. La médecine ayurvédique préconise également la pratique de thérapies spirituelles : comme des exercices et des techniques manuelles comme les massages par exemple. Appliqués seuls ou en combinaison, dans le but de maintenir le bien-être ainsi que de traiter, diagnostiquer ou prévenir la maladie.

pots, épices et herbes fraiches posés sur une table avec des verres d'eau

Considérer L’humain dans sa globalité

L’ Ayurveda est donc une médecine alternative dite « Holistique » c’est à dire qui prend en compte l’humain dans sa globalité. A savoir son corps, ses émotions, son mental, mais aussi son esprit. Cette forme de thérapie ne se limite pas à soigner les symptômes du mal. Elle cherche plutôt les causes réelles du trouble et du problème rencontré.

le corps et l’esprit en harmonie

Le Corps et l’Esprit en harmonie

Mais en France, la médecine ayurvédique n’est pas enseignée dans les facultés de médecine. Pourtant aujourd’hui reconnue par l’OMS comme étant un véritable système de médecine traditionnelle, ses principes reposent sur plusieurs faits. Chaque personne est unique. Et que si on connait sa propre typologie et qu’on y adapte le bon mode de vie et une hygiène de vie propre à ses besoins, on va prévenir les maladies et surtout mieux vivre en harmonie avec son moi intérieur et son corps.

Aujourd’hui beaucoup de médecins, de scientifiques, de thérapeutes, cherchent à se former à cet enseignement. Ce qui est une avancée considérable et une preuve que les mentalités évoluent dans la compréhension de l’humain et dans la remise en question de la façon de nous soigner.

Une approche personnalisée

Cette « médecine » nécessite donc une approche personnalisée. Pour déterminer la meilleure manière de soulager une personne souffrant de différents problèmes ou maux, il faudra donc le considérer autant sur le plan physique que sur le plan psycho-émotionnel et environnemental. Une fois cette étude faite, il est alors plus facile de déterminer la meilleure approche possible. Et lui proposer les conseils adaptés .

Une thérapie holistique

Le pouvoir d’auto guérison est en nous

La médecine holistique est donc convaincue que si le corps et l’esprit sont en harmonie, on sera en bonne santé. Le but des différentes thérapies holistiques comme les principes Ayurvédiques, ou la sophrologie, ou encore les massages énergétiques, le Qi Gong, ou même la pratique du Yoga, est donc d’aider les gens à retrouver le bon équilibre. Entre leur physique et leur mental. La médecine holistique pense donc que chacun possède en soi la capacité de « s’auto-guérir« . En gros, qu’il suffit de stimuler les parties du corps un peu endormies pour que ce dernier arrive à atténuer les douleurs par ses propres moyens. Nous avons donc un pouvoir incroyable sur notre propre santé et sur notre bien-être. A nous d’apprendre à nous connaitre, à gérer nos pensées et notre mode de vie pour améliorer notre santé.

LES DOSHA, les forces vitales du corps 

les trois Dosha sont VATA PITTA KAPHA

Pour pouvoir définir notre typologie, il faut connaitre les 3 grands principes de base de l’Ayurveda:  la science des Dosha. Les Dosha sont les forces vitales du corps et ce qu’on peut aussi appeler les « humeurs biologiques » du corps. Il faut du temps et certaines compétences pour définir quel est son type de constitution et donc trouver son « Dosha dominant ».

Voici donc les 3 types de constitutions physiques réparties en Dosha à connaitre en médecine Ayurvédique :

  • VATA : qui représente l’air, l’énergie du mouvement qui fait bouger, marcher, éliminer, parler. Dans la nature Vata, l’Air prédomine. La personne est aérienne, elle a tout le temps envie de bouger, (le regard, les mains, etc…). Son imagination est débordante, elle fait beaucoup de rêves. Sur le plan physique, une personne Vata aura les caractéristiques associées comme la sècheresse de la peau. Gerçures, constipation, la rugosité, mais aussi la légèreté. Les personnes Vata sont généralement minces, mais peuvent avoir les articulations qui craquent. Par contre, quand l’énergie de Vata fait défaut, plus rien ne bouge. Tout stagne, et les éliminations ne se font plus. Dans le corps, Vata permet à l’influx nerveux et aux fluides de circuler (sang, lymphe, ect)
  • PITTA : qui représente le feu, l’énergie de la transformation. Il est chaud, corrosif, léger, avec une odeur forte. Dans la nature Pitta, la personne aime la musique, les arts, elle est chaleureuse, généreuse et fait preuve de compréhension. Elle est aussi enthousiaste, énergique. Si Pitta est en excès elle peut être colérique, susceptible, rancunière, ou jalouse.
  • KAPHA : qui représente la terre et l’eau, l’énergie de la cohésion, la structure. Il est visqueux, froid, lourd, lent, très lisse. Les personnes de nature KAPHA ont un corps physique plutôt aux angles arrondis. Elles aiment la stabilité, l’immobilité qui tend parfois à la paresse. Elle font preuve d’amour, de compassion, de stabilité, de fidélité, de respect des promesses.
femme qui fait du yoga avec les mains en prière

Comment définir son Dosha ?

Vous pouvez faire appel à un thérapeute professionnel qui vous aidera à définir quel est votre Dosha prédominant. Renseigner vous aussi sur le site officiel Ayurveda France qui répertorie la liste des professionnels. Il répondra à toutes vos interrogations. Vous y trouverez également le questionnaire qui vous permettra de définir votre Dosha. Vous pourrez alors adapter votre alimentation et votre hygiène de vie.

Une fois qu’on aura défini son Dosha prédominant c’est-à-dire réussi à identifier la constitution naturelle d’une personne on connaitra les énergies et les qualités principales de cette personne. Ainsi que sa tendance à rester en bonne santé ou à être malade.

Nos 8 conseils Ayurvédiques pour des repas harmonieux et une bonne santé

étiquette en carton marquée ayurvéda sur des clochettes de brins de muguets

1. Ne mangez pas de fruits à la fin du repas mais plutôt le matin à jeun ou 30 minutes avant votre repas. Pourquoi ? Parce qu’ils ont tendance à fermenter dans l’estomac et vous procurent des difficultés de digestion, des ballonnements... En plus si vous les consommez seuls, vous bénéficierez de toutes leurs vertus. De leurs vitamines, de leurs minéraux, beaucoup plus facilement que si vous les associez à d’autres aliments.

2. Dans les pratiques Ayurvédiques, il est toujours recommandé de boire et manger des aliments et des boissons qui sont à température ambiante. Et non pas glacés ou trop froids, en gros qui ne sortent pas directement du réfrigérateur par exemple. Le but est d’éviter et de ralentir le feu digestif et favoriser la production de mucus.

3. Essayer toujours de consommer des aliments frais. Eviter de conserver trop longtemps au réfrigérateur des produits. Dans tous les cas il n’est pas du tout recommandé de les « combiner » au cours d’un même repas avec des produits frais. Ils pourraient perturber votre digestion à cause de leurs composants chimiques.

4. Pour vos repas, vous devez absolument essayer de manger dans un environnement calme. En vous posant, même si ce n’est que 15 ou 20 minutes. La mastication est aussi essentielle pour bien digérer.

5. Ne mangez jamais en étant sous le coup d’une émotion forte. Ou si vous êtes stressé ou si vous n’avez pas de sensation de faim. L’énergie de votre corps n’étant pas disponible pour la digestion, vous allez fabriquer des toxines néfastes pour vous.

6. Prenez votre repas principal au déjeuner, et non pas au petit déjeuner. C’est l’heure où la capacité digestive est la plus forte (comme le soleil dans le ciel).

7. Espacez vos repas en attendant bien d’avoir digéré. Comptez au moins trois à six heures suivant votre constitution, avant de manger à nouveau. Cette habitude vous aide à ne pas surcharger votre système digestif. Evidement cela veut dire d’éviter le grignotage

8. Variez au maximum vos menus et les aliments que vous cuisinez, même au petit déjeuner. La raison est simple : si vous mangez toujours le même type de produits par exemple le matin, et que ces aliments ne sont pas tout à fait adaptés à votre constitution, ils peuvent au bout du compte avoir un effet nocif sur votre santé et sur votre vitalité.

En conclusion…

J’espère vraiment que cet article vous aura donné envie d’en savoir plus sur cette pratique. Elle peut très facilement s’adapter par petites touches à la vie de tous les jours. Et vous permettre de mieux vivre en harmonie avec vous même.

Sandrine Bettant
Curieuse et gourmande de nature

femme qui s'étire les bras en forme de croix dans la nature au couché du soleil

FemininBio est un site du bien-être et du bien vivre qui propose des conseils et astuces pour mieux vivre bio et l’écologie au quotidien. Il existe également un magazine FémininBio avec une publication bimestrielle, totalement indépendante, disponible en kiosquesmagasins bio ou via abonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *