Et si vous mettiez un peu d’originalité dans vos assiettes grâce aux aliments d’automne oubliés ?

L’automne est là et souvent c’est une période « entre-deux » ou on ne sait pas trop quoi cuisiner….Les légumes d’été sont en train de disparaitre des étals, les légumes d’hiver ne sont pas encore là. Bien sûr, il y a les courges, mais bon, à force, on se lasse. Comment faire pour varier les plaisirs et apporter un peu d’originalité à ses plats ? En cherchant un peu, il est possible de trouver des idées du côté de certains aliments un peu délaissés car pas à la mode ou qu’on ne sait pas trop comment cuisiner : cresson, châtaigne, pâtisson, coing. Laissez-moi vous (re)présenter ces aliments, leurs bénéfices et les astuces pour les intégrer à vos plats de façon gourmande.

Le cresson, il a tout bon

cressonIl existe 3 types de cresson, mais celui que l’on trouve le plus souvent sur les étals est le cresson des fontaines. Le cresson appartient à la famille des crucifères (=famille des choux). Comme eux, il est  riche en composés soufrés et antioxydants, notamment en béta-carotène, lutéine et de zéaxanthine. Il est donc un ami du foie et participe à la santé de la peau et des yeux. Le cresson est également riche en fer, en vitamine C et en vitamine K1 (agit sur la coagulation du sang).

Pour le choisir choisissez une botte bien verte aux feuilles vigoureuses et non flétries. Vérifiez que la proportion des queues ne soit pas trop importante par rapport à la proportion de feuilles (et que les tiges ne soient pas trop épaisses) sinon vous risquez d’avoir plus de fils dans l’assiette (surtout si consommé en soupe).

Pour le préparer, rien de plus simple ! Il vous suffit de couper les tiges au raz de l’attache qui lie la botte, de récupérer les feuilles dans une passoire et de les rincer à l’eau froide. N’hésitez pas à couper  et enlever les grosses tiges restantes. Ensuite, vous pouvez consommer votre cresson cru en salade (goût assez corsé) , accompagné de pommes et de noix , par exemple, ou bien en soupe. Il est également possible de le poêler rapidement et de l’accompagner d’une huile de noisette pour accompagner un poisson ou de l’utiliser comme l’oseille en sauce à base de crème.

Ma recette gourmande pour une soupe de cresson savoureuse.

La soupe de cresson, c’est souvent comme la soupe d’épinard : peu de personnes l’apprécient. Mais si on ajoute les bons condiments, votre soupe peut prendre une autre dimension ! Voici ma recette de soupe de cresson version 2.0.

Pour 4 personnes, il vous faudra :

  • un faitout ou un récipient à fond épais et bords hauts
  • 2 bottes de cressons
  • 1 oignon rouge ou rose
  • 2 pommes de terre
  • fond de volaille (cube bio ou fond de volaille liquide type Maggi qui ne contient pas trop d’additifs)
  • 1 càs de cumin en poudre ou en graines
  • 1,5L d’eau
  • Sel, poivre

Emincez votre oignon et faites le revenir dans un fond d’huile d’olive. Pendant ce temps, préparez votre cresson selon les conseils ci-dessus. Pelez vos pommes de terre et découpez-les en 2. Lorsque l’oignon est transparent, ajoutez à votre faitout les feuilles de cresson et les pommes de terre puis couvrez d’eau. Ajoutez le cube de bouillon et le cumin. Mélangez et laissez cuire à couvert une vingtaine de minutes après le début de l’ébullition (à petits bouillons).  La pomme de terre doit être tendre. Il vous suffit ensuite de mixer l’ensemble  dans un robot mixeur. Ajustez l’assaisonnement et servez.

Le coing, un fruit à redécouvrir

coingLe coing est un fruit délaissé qu’on avait l’habitude de consommer sous forme de pâte de fruit mais qui peut aussi venir agrémenter une compote ou une préparation salée. Il se caractérise par sa chair (très) ferme et sa saveur parfumée. Il ne se mange que cuit. Il faut le choisir bien jaune, sans meurtrissure et avec a peau recouverte d’un fin duvet qui part facilement en le frottant (signe de maturité). En principe, s’il est mûr, il doit avoir une odeur agréable et fruitée.

Si vous achetez des coings pour la première fois, ne faites pas l’erreur que j’ai commise au début, celle d’essayer de peler votre coing ou de le couper en morceaux avant de le cuire….vous risquez de vous y casser les dents (ou plutôt celles de votre couteau !). Le coing est très dur et mieux vaut donc le cuire avant (ou alors avoir un bon couteau et on homme for à la maison !).  Pour le cuisiner facilement, je vous conseille de commencer par le brosser sous l’eau à l’aide d’une brosse souple pour retirer le duvet. Mettez ensuite vote coing entier dans une casserole, recouvrez d’eau, portez à ébullition et laissez cuire 15 min ou plus (il faut que la pointe d’un couteau s’enfonce dedans. Il est également possible de le cuire à la vapeur douce, mais dans ce cas cela prendra au moins 30 minutes.

Ensuite, vous le laissez un peu refroidir avant de le peler et de le découper pour enlever le cœur (plutôt dur aussi). A partir de là, il peut être ajouté à une compote de pommes (mieux vaut l’ajouter en milieu de cuisson, ainsi il finira de compoter et apportera plus de saveurs à la préparation), ajouté à une tarte ou être rôti à la poêle pour accompagner un plat salé comme ici.

Au niveau nutritionnel, le coing a tout bon car il est pauvre en sucres, riches en fibres et en minéraux. Grâce à sa richesse en tanins, il peut être bénéfique pour stopper les diarrhées.

La châtaigne, un fruit aux bénéfices insoupçonnés

La châtaigne est le fruit de l’automne par excellence ! Si on aime la déguster en cornet, grillée, ou pour fourrer les volailles aux repas de fêtes, elle peut aussi s’apprécier dans la cuisine du quotidien.chataignes-marrons

La châtaigne est riche en glucides, notamment en amidon. On pourrait croire qu’il faut l’éviter si on surveille son poids ou sa glycémie, mais il n’en est rien. Au contraire, elle a un index glycémique plutôt bas (donc impacte peu le taux de sucre dans le sang, à l’inverse du sucre blanc) et est donc plutôt intéressante, même pour les diabétiques. De plus, elle est assez rassasiante donc on n’en mange pas plus d’une poignée. Les châtaignes sont également riches en minéraux. On y retrouve en effet des teneurs élevées en potassium et en fer. Elle est également une très bonne source de magnésium : 100 g de châtaignes permettent d’assurer 10 à 15 % de l’apport quotidien recommandé. Un aliment idéal chez toutes les personnes stressées donc !

Comment les cuisiner facilement ?

Commencez par trier vos châtaignes. Pour ce faire, plongez-les dans l’eau froide et écartez celles qui surnagent : elles sont sèches ou creuses.

Pour les griller à la poêle, ouvrez légèrement l’écorce avec la pointe d’un couteau. Une fois cuites, au bout d’une vingtaine de minutes, elles s’ouvriront toutes seules.

Si vous optez pour une cuisson à l’eau, entaillez d’abord la lunule (la partie la plus claire) de part et d’autre. Plongez vos châtaignes dans l’eau froide et patientez 3 min après ébullition. Égouttez-les et passez-les sous l’eau froide ; l’écorce et la petite peau amère partent par simple pression des doigts. Vous pouvez ensuite les remettre à cuire une vingtaine de minutes dans l’eau bouillante (ou dans du lait pour ensuite les préparer en purée/confiture).

Voici une recette originale développée par une des créatrices culinaires de Recettes & Cabas (à retrouver parmi d’autres lors de votre commande de panier repas hebdomadaire !) :

La recette de poulet sauté aux châtaignes et champignons shiitakés de Recettes et Cabas

Recette pour 4 personnes
Temps de préparation : 15 minutes

Ingrédients :
– 600g de blanc de poulet fermier en gros cubes
– 250g de champignons shiitake
– 1 oignon
– 1 morceau de gingembre
– 400g de châtaignes
– 2 mignonettes de sauce soja
– 2 cs de maïzena (ou farine)
– 1 cs d’huile de sésame ou noisette ou olive
– 1-2cs de sucre
– sel et poivre

Recettes : 

1.Faites marinez les morceaux de poulet avec 2cs de sauce soja, la maïzena, l’huile de sésame (ou autre), le poivre et le sucre.

2.Epluchez et émincez l’oignon.

3.Epluchez le gingembre et coupez-le en fine julienne.

4.Rincez et émincez les champignons en lamelles épaisses.

5.Faites chauffez une grande poêle ou un wok avec 2cs d’huile d’olive. Ajoutez le gingembre et laissez-le parfumer l’huile 1 min.

6.Ajoutez l’oignonfaites-le revenir 3 min, puis les châtaignes et les shiitakes. Mélangez et faites cuire à couvert pendant 2 min.

7.Ajoutez les blancs de poulet et continuez de faire cuire à couvert environ 6-8 min sur feu moyen.8.Rectifiez l’assaisonnement avec la sauce soja et du poivre si néces-saire.

9.Servez bien chaud.

A ce propos, avez-vous pensé à commander votre panier repas pour la semaine à venir ? Vous y découvrirez des produits frais de saison, au maximum locaux, et des recettes rapides, simples et savoureuses !

 

Auteure : Sabrina Marnet-Letellier- Micronutritionniste et consultante en nutrition

 

Source:

-https://www.lanutrition.fr

-https://www.lesfruitsetlegumesfrais.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *