Comment s’occuper de son assiette après Bébé ?

Au cours de la vie nos goûts alimentaires sont amenés à varier et évoluent. Mais il est important et essentiel de répondre aux besoins de notre corps et de lui apporter les nutriments nécessaires pour garantir un bon développement et une bonne santé tout au long de sa vie et surtout lorsque des chamboulements ou des événements viennent bouleverser nos vies. Il est prouvé que tout se joue avant les 3 ans d’un enfant et que ses habitudes alimentaires et ses préférences resteront ancrées en lui comme une ligne directrice. De même qu’il est prouvé que tout ce que va ingérer sa mère au cours de sa grossesse aura une influence sur son comportement alimentaire d’adulte.

Une fois que votre enfant est là toute l’attention est reportée sur lui et il arrive que l’on s’oublie un peu alors qu’il faudrait tout au contraire privilégier une alimentation saine et réconfortante pour combler ce manque laissé par son enfant et se trouver d’attaque pour s’occuper de lui sereinement et surtout retrouver sa ligne.

Alors comment s’occuper de son assiette alors que Bébé nous accapare entièrement ?

Comment surmonter la fatigue sans se rajouter une dose de charge mentale ?

Comment bien lui transmettre dès les premières années de sa vie les bonnes habitudes alimentaires ?

Pour nous éclairer sur le premier point, nous vous recommandons d’écouter le podcast de Si Mère, réalisé par Féminin Bio* notre partenaire. Il interrogeait la naturopathe Candice Levy sur le sujet. En voici les grandes lignes pour vous aider à répondre aux questions que vous pourrez vous poser.

Tout est une question d’organisation !

Comment ne pas retomber dans les mauvaises habitudes alors qu’on a fait attention au cours de sa grossesse pour apporter le meilleur à son bébé ?

Il va falloir faire preuve d’anticipation pour avoir déjà les bons basiques dans ses placards, et son frigo, comme des oléagineux, des céréales semi complètes, du quinoa, des choses rapides à cuisiner et efficace en termes de nutrition et d’apports.

Le premier mois, se faire aider pour ses repas aussi n’est pas une mauvaise idée. Le but est de créer une petite communauté autour de vous, bienveillante et rassurante qui puisse prendre le relais les premiers temps. Solliciter vos bonnes amies, la famille proche, votre maman, ou encore mieux votre belle-mère pourquoi pas ? Ils pourront se relayer à tour de rôle pour vous cuisiner quelques repas pour vous décharger de cette tâche et seront ravis de vous rendre service.

Et si non, vous pouvez aussi prendre la bonne résolution de commencer à vous faire livrer vos kits repas prêt à cuisiner avec Recettes et Cabas par exemple!! Nous livrons sur la France entière et nos menus sont gourmands, équilibrés et toujours de saison et surtout pré-dosés en juste quantité ! Une décharge mentale assurée, qui vous libérera du temps pour vous occuper de bébé sereinement, vous reposer et surtout vous permettre de déléguer la préparation des repas par une tiers personne.

Privilégier une alimentation réconfortante

Votre mari ou conjoint pourra aussi vous aider à préparer les weekends des plats à l’avance, comme des potages, des bouillons… le plus important est de privilégier une alimentation cocooning, et réconfortante. Mettez de la couleur dans votre assiette, des épices douces, des carottes, du curcuma, des patates douces, du gingembre, de la cannelle, de la coriandre… tout ce qui va vous aider à réchauffer et travailler sur ce deuxième centre énergétique au niveau du ventre qui a été malmené au moment de l’accouchement.

Bien commencer la journée

Le petit déjeuner doit représenter 25% des apports de la journée. Il faut qu’il soit riche en protéines, et ultra complet pour éviter de piocher dans les sucres et donner l’impulsion pour attaquer la journée. Il doit s’apparenter à un vrai repas, contenir des bons acides gras avec par exemple de l’avocat, des œufs, des fruits…

Apres 17h évitez dans tous les cas, tous les types de sucres et de glucides, comme les pâtes, les céréales, le pain blanc, les fruits secs, les biscuits, les sucres raffinés, et tout ce qui est à base de farine blanche. Si ce n’est pas vous qui faites les courses, pensez à briefer la personne en charge de cette corvée pour qu’elle respecte les directives et les objectifs que vous vous êtes fixés. Le but étant de ne pas retrouver des produits tentateurs dans le premier placard que vous allez ouvrir pendant la sieste de bébé !!

Privilégiez donc les protéines animales ou végétales et un ensemble très large de végétaux, les légumes et les fruits, cuits ou crus.

Prenez votre temps

Il est important de bien respecter la chronobiologie des digestions pour éviter le grignotage. Ensuite obligez-vous à manger lentement. Un des grands principes de la naturopathie est « la mastication » !

Elle va donner l’information nécessaire à votre cerveau et ainsi vous procurer une sensation de satiété. Cette habitude même si elle vous parait empreinte de bon sens, paie vraiment sur le long terme au niveau de la digestion et de l’assimilation des aliments. On observe d’ailleurs que les personnes qui mangent très lentement sont souvent plutôt menus.

Et bébé dans tout ça ?

Une fois votre forme retrouvée après les premiers mois à la maison en tête à tête avec bébé, votre enfant commençant à grandir, l’une de vos responsabilités primordiales en tant que parent consiste à aider vos enfants à acquérir des habitudes alimentaires saines, et à lui transmettre le goût des aliments qu’il va retrouver dans son assiettes. Les enfants ont besoin d’un régime équilibré composé d’aliments de ces trois groupes alimentaires pour bien se développer :

  • Les légumes et les fruits
  • les produits de grains entiers
  • les aliments protéinés

Gare aux sucres aussi pour lui

Lorsqu’un bébé commence à manger des aliments solides ou complémentaires, il est recommandé de commencer par les aliments riches en fer. Car les études ont démontré que les bébés de 6 mois ont des besoins en fer qu’il est nécessaire de combler à cet âge. De manières générale, on évite les sucres ajoutés, les sirops, le miel…qui contribuent à la carie dentaire et on limite les substituts comme l’aspartame.

Le gras oui, mais pas n’importe lequel

Le gras joue aussi un rôle fondamental sur le métabolisme de bébé, c’est sa première source d’énergie, d’acides gras essentiels et de vitamine E. C’est l’ingrédient de référence de son alimentation dès le début de la diversification. Il faut savoir qu’à 12 mois 99% des bébés sont carencés en Oméga-3 et en DHA. Pourquoi ? L’une des principales raisons s’avère être la peur du gras, de manière générale : 57% des parents désignent les matières grasses parmi les groupes d’aliments devant être limités pour éviter le surpoids chez leurs enfants. Les parents auraient donc tendance à les bannir sans distinction alors que certaines d’entre elles comme les matières grasses végétales apportent aussi des Oméga 3.

Une valeur sûre

Pour être sûr de ne pas vous tromper sur la qualité et sur le dosage et pour vous simplifier la vie, vous pouvez opter pour les huiles santé Quintesens. Ces huiles Bio sont conçues par des nutritionnistes et répondent à vos besoins spécifiques à chaque moment de votre vie ! vous pourrez les trouver dans tous les magasins Bio. L’huile bébé, est un mélange de 5 huiles bio adapté à ses besoins dès la diversification alimentaire, elle lui apporte tous les Acides Gras essentiels (Oméga-3, DHA, vitamine E) à son équilibre alimentaire et à sa croissance. Elle contribue également au bon développement de son cerveau et de sa rétine. »

Diversifier petit à petit

Il est recommandé d’introduire rapidement les légumes et les fruits, car comme ils sont riches en vitamine C, ils aident à absorber le ferDe plus, les légumes et les fruits fournissent à votre enfant de nombreux autres vitamines et minéraux qui contribuent à sa santé. Ils contiennent aussi beaucoup de fibres, ce qui aide votre enfant à avoir des selles régulières et favorise la présence de bonnes bactéries dans son intestin, son fameux microbiote intestinal dont on parle de plus en plus. Plus tard, les enfants ont besoin de trois vrais repas par jour avec en prime, une, voire deux « collations» saines dans la journée, qui pourra être proposée en milieu de matinée par exemple et dans l’après-midi.

En règle générale, pour l’enfant quel que soit son âge à partir de la diversification de son alimentation, la règle est claire : On limite les plats cuisinés, les produits transformés, et on privilégie les produits frais et fait maison, le bio, les fruits, plutôt que les jus de fruits car vous ajoutez des fibres au régime de votre enfant. Pensez aux compotes, proposez lui le plus souvent des produits bruts et complets, des grains entiers c’est-à-dire des céréales complètes, des légumineuses, on propose aussi assez rapidement des protéines animales comme la viande, les œufs ou du poisson, mais pas plus de 2 à 3 fois par semaine. Pour les produits laitiers, le lait continue d’être l’aliment prioritaire pour votre enfant jusqu’à 1 an. Attendez l’âge de 9 mois, et idéalement 12 mois, pour offrir du lait de vache à votre enfant.

Et le sel dans tout ça ?

Prêtez également une attention particulière au sel que vous introduisez dans vos préparations. Les aliments achetés bruts contiennent déjà du sel. Sans parler des plats ou des préparations toutes faites ou des produits transformés qui en regorgent. Quoiqu’il en soit, en cuisine, il est conseillé de ne pas utiliser la salière jusqu’au 8 mois d’un bébé au moins, 12 mois c’est encore mieux ! A partir de 12 mois vous pouvez commencer à en ajouter une pincée dans l’eau de cuisson des légumes.

Vous l’aurez compris, à chaque moment de sa vie il faut prendre soin de son alimentation car c’est elle qui va nous permettre de vivre en bonne santé le plus longtemps possible.

FemininBio est un site du bien-être et du bien vivre qui propose des conseils et astuces pour mieux vivre bio et l’écologie au quotidien. Il existe également un magazine FémininBio avec une publication bimestrielle, totalement indépendante, disponible en kiosquesmagasins bio ou via abonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *