Rendez-vous en terrain connu

 

Rendez-vous en terrain connu

Basés à Lyon, nous nous efforçons toujours de nous entourer de partenaires proches de chez nous, tissant ainsi des liens de confiance avec la plupart de nos fournisseurs.

Qualité, respect des traditions, procédés artisanaux parfois, délais de livraison extrêmement courts, sont autant de critères que nous exigeons de leur part pour satisfaire no clients, pour VOUS satisfaire. 

Et pour mieux comprendre cette relation parfois unique que nous entretenons avec eux, Sandrine partira chaque mois à la rencontre de l’un d’entre eux et partagera avec vous l’amour de leur travail, leurs secrets de fabrication et l’exception de leurs produits.

 

📍 Episode 1 : l’exploitation de Christine et André à Pusignan (69)

COMME UNE ENVIE DE FRAISES… 🍓

Titillée par ce joli mois d’avril, je suis partie cette semaine à Pusignan (Est de Lyon) visiter l’exploitation de CHRISTINE et ANDRE  spécialisés dans les fruits et légumes.

Cette entreprise à taille humaine pratique une « agriculture raisonnée en lutte biologique » soucieuse de produire des légumes de qualité aux dépens parfois de la quantité. Cela veut dire qu’ils n’utilisent pas de produits chimiques et cherchent des solutions différentes pour protéger leurs fruits et légumes des éventuels prédateurs, maladies ou intempéries.

Pommes de terre nouvelles, asperges, fraises, haricots verts, framboises, tomates anciennes…voici les produits phares de leur belle production. ​​​​​

 

GUILLAUME le fils de Christine qui travaille depuis 3 ans à l’exploitation, a pris la suite de son arrière-grand-père éleveur laitier et de son grand-père chargé des cultures céréalières. Ce jeune diplômé d’un BTS en agriculture et gestion d’exploitation agricole a récupéré ces terres familiales et travaille aujourd’hui avec sa mère pour moderniser l’exploitation et se diversifier.

Une serre magnifique, de plusieurs centaines de m² a donc vu le jour il y a 2 ans pour y cultiver d’avril à décembre des fraises d’une qualité exceptionnelle qu’ils vendent notamment aux plus grands chefs pâtissiers de la région.

Mûrie en premier la « Magnum », variété précoce qui donne des fruits de gros calibre et fermes, suivie par la « Charlotte » plus petite et fragile, sera récoltée à la main et directement mise en barquettes pour éviter les manipulations.

Un travail délicat qui commence toujours au Sud de la serre…là où les fraises seront les plus mûres exactement comme dans un champ !

Cette culture hors-sol a pour avantage de ne pas nécessiter de terre. Elle a besoin d‘un mélange végétal appelé « coco » sorte de composte des Landes. Un goutte à goutte permet une irrigation très précise et un système de récupération de l’eau.

Ici pas de produit chimique ! Uniquement des insectes à peine visibles à l’œil nu et au nom compliqué et inconnu pour la néophyte en agronomie que je suis : le THRIPEX. Volontairement introduits dans les serres, ils vont détruire les prédateurs (les THRIPS) qui pourraient nuire aux jolies fraises de Guillaume.

 

J’aperçois aussi au bout de chaque rang des plaques bleues enduites de colle, censées piéger les insectes nuisibles. Malheureusement, même avec ces procédés ingénieux, certaines récoltes subissent parfois des maladies occasionnant des pertes considérables. L’année dernière, Guillaume a dû jeter chaque semaine 300 kg de fraises sur les 700 kg cueillis ! Le prix à payer pour cultiver grâce à la lutte biologique intégrée dont ils sont si fiers.

BELLES DE NUIT 🌜

Guillaume me guide ensuite à travers ses champs pour me montrer les différentes étapes de la pousse et de la récolte des asperges, à l’honneur en ce moment dans les cultures.

 

Réparties pour l’instant sur 2 hectares les asperges vertes de cette exploitation familiale poussent dans une terre brune légèrement caillouteuse. Elles demandent beaucoup d’eau et de chaleur pour atteindre un beau calibre et une belle maturité. Arrosées pour l’instant en aspersion classique, Guillaume compte bientôt investir dans un système d’irrigation au goutte à goutte qui consommera moins d’eau mais permettra une meilleure répartition aux pieds des plants. Les asperges vertes sont récoltées tous les jours pendant cette période. J’apprends avec étonnement qu’elles poussent…  grâce à la Lune !! Elles peuvent facilement prendre 15 cm en une seule nuit !

UN PRODUIT NOBLE 🌿

 

La culture de l’asperge peut durer environ 15 ans à partir du même plant. C’est pourquoi cultiver l’asperge demande un gros investissement et beaucoup de travail. Les récoltes donneront peu de rendement les premières années.

Les asperges que nous voyons ici ont été plantées l’année dernière et ont repoussé « comme par magie » cette année… Guillaume prévoit de les récolter seulement quelques semaines afin de laisser la plante se régénérer, monter en fleur et prendre tout le soleil nécessaire afin d’être encore plus belle les années suivantes.

L’asperge blanche pousse quant à elle sous de petits monticules de sable. La famille Vidon prévoit d’en planter l’an prochain sur des terrains en bord de Saône. Cette asperge reste blanche justement car elle ne voit pas la lumière jusqu’au jour où elle pointera le bout de son nez, moment propice pour aller la déterrer.

Une fois coupées, il faut vite les « asperger » d’eau pour qu’elles restent humides et fermes car elles se comportent comme des fleurs. Elles sont ensuite trempées dans des grandes caisses d’eau, puis calibrées et réparties en belles bottes. Enfin, elles resteront dans le noir recouvertes d’un linge mouilléen attendant d’être livrées. Une belle asperge se reconnait à sa « fleur » bien fermée. Elle doit être bien droite et non courbée, signe qu’elle n’est pas restée à la lumière.

Ma visite de l’exploitation de Christine et André se termine ici. On se retrouve le 18 mai pour un nouvel épisode en terrain connu 😉

Sandrine, Responsable communication et relation partenaires

 

 

Retrouvez leurs délicieuses asperges dans une recette à venir de risotto aux asperges vertes.

N’hésitez plus et venez découvrir nos paniers prêts à cuisiner. Laissez-vous tenter par notre cabas Tradi personnalisable ou par notre cabas Végébio, tous les deux dosés en bonne quantité pour éviter le gaspillage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *